Fédération PCF de Loire-Atlantique membre du Front de Gauche

Fédération PCF de Loire-Atlantique membre du Front de Gauche
Accueil

Nouveau stade : Une opportunité pour développer ensemble le sport populaire à Nantes

 
 
 
 

Le Football Club de Nantes et son président souhaitent que l’équipe puisse évoluer un jour au plus haut niveau européen. Pour cela, ils estiment nécessaire de construire un nouveau stade à Nantes. Après avoir tenté de le faire payer par l’argent public, puis  d’entraîner les élu.e.s dans un Partenariat Public Privé, ils ont proposé un projet entièrement financé par des fonds privés.

La première mouture de ce projet, dénommée YelloPark, associait la création du nouveau stade à la destruction de l’actuel et à une densification conséquente du milieu urbain environnant. Lors de la concertation organisée par la CNDP, cette version n’a pas rencontré l’assentiment des habitants sur sa partie projet urbain, pas plus que sur la destruction du stade actuel.

Dans ce contexte, le groupe des élu.e.s Communistes et Républicains se félicite de l’abandon de ce projet qui, malgré les dernières évolutions, ne répondait pas aux exigences des différents acteurs du dossier et aux conditions que nous avions fixé.

Le club renonce au projet urbain et souhaite acquérir le terrain nécessaire à la construction du stade.

Pour les élu.e.s Communistes et Républicains, un tel projet, même privé, doit remplir un certain nombre de critères d’exemplarité :

  • Le nouveau stade devra prendre en compte les enjeux de transition énergétique, d’accessibilité et d’urbanisme fixés par Nantes Métropole.
  • Les fruits de la cession de l'emprise foncière devront bénéficier au développement du sport pour tous sur notre territoire.
  • Le football, sport populaire doit le rester. Le FCN devra maintenir des prix de places et d’abonnements accessibles. Ce nouvel équipement devra également permettre la présence et le développement des commerces ambulants.
  • Le renoncement à l’argent public doit perdurer. L’ultra-financiarisation du football professionnel moderne ne peut prendre appui sur les budgets des collectivités. Un tel projet doit être financé à 100% par le club et ses partenaires privés.

Avec cette situation nouvelle, le stade Louis Fonteneau offre une véritable opportunité pour démultiplier notre action au service du sport populaire et amateur, est un levier pour promouvoir des valeurs de solidarité, de partage, d’entraide, de collectif, que le jeu à la nantaise a su véhiculer.

Placé totalement sous maîtrise publique, cet outil formidable, nous donne l’occasion de définir de nouveaux usages divers et multiples qui participent au développement humain, à l’égalité, au bien être, à la santé, qu’ils soient sportifs, culturels ou touristiques.

Loin du foot business et des sommes considérables qu’il draine, nous pouvons faire de cet équipement un véritable « terrain de jeu », un outil du sport populaire ou se côtoient sports féminins, handisport, matchs de rugby, de football, arts du cirque ou encore skateurs... cela, dans le cadre d’une politique d’usages à définir.

Parce que Nantes à une histoire singulière, qu’elle est un creuset d’innovation, d’imagination, qu’elle a une identité sociale et culturelle forte, le stade Louis Fonteneau doit connaître une nouvelle vie, riche de ses valeurs de solidarité, de partage, d’éducation populaire, d’émancipation humaine.

Les élu.e.s Communistes et Républicains seront vigilants quant au respect des conditions que nous avons fixé et sont d’ores et déjà disponibles pour s’engager aux côtés des Nantaises et des Nantais pour un tel projet.