Fédération PCF de Loire-Atlantique membre du Front de Gauche

Fédération PCF de Loire-Atlantique membre du Front de Gauche
Accueil
 
 
 
 

Monsieur le Préfet de Loire-Atlantique,

 

Dans un souci de transparence et d’information, après les évènements de ces dernières semaines à Nantes, nous choisissons de nous adresser à vous avec cette lettre ouverte.

 

Vous n’êtes pas sans savoir que plus de 150 000 personnes sont sans domicile fixe dans notre pays. Un millier, sensiblement, l’est dans notre département.

Le 115 saturé n’arrive toujours pas à répondre aux nombreuses demandes. Les personnes qui sont accueillies par la Veille Sociale le sont presque tout le temps de manière temporaire : chambres d’hôtel, foyers…

Les personnes qui restent alors sans abri sont en situation d’errance sociale qui les fragilise et les expose à de nombreux dangers pour leur santé et leur vie. Certaines en meurent.

 

Pourquoi sommes-nous encore mobilisés ?

Parce que nous constatons que les solutions proposées par vos services sont loin d’être suffisantes et ne répondent pas aux besoins des sans logis. L’accroissement de la demande est tel que des dispositifs d’hébergement adaptés doivent être mis en place immédiatement.

Non, le problème de l’hébergement d’urgence ne se réduit pas aux familles. Il y a de très nombreuses personnes isolées et à la rue dans l’agglomération nantaise.

 

Suite à l’expulsion du Lieu Unique, plusieurs dizaines de personnes qui s’y trouvaient ont été remises à la rue. Ce qui démontre que l’expulsion ne peut être une réponse.

 

Contrairement à ce qui a pu être affirmé, nous ne sommes pas des agitateurs qui instrumentalisons les personnes sans abri mobilisées avec nous. Nous sommes un collectif de personnes avec ou sans logement. Nous dénonçons les expulsions accompagnées d’un déploiement démesuré des forces de police lors des actions et des méthodes d’intimidation comme plusieurs contrôles d’identité. L’argent utilisé pourrait servir au logement. Il est vrai que des occupations peuvent être illégales mais elles sont légitimes dans le cadre de la mise à l’abri de personnes par état de nécessité.

 

Nous refusons que des personnes soient à la rue contre leur gré. Nous exigeons l’accueil inconditionnel, dans un lieu digne et adapté et le suivi social de toute personne à la rue.

Nous exigeons :

  • un renforcement immédiat du 115 et du Samu social pour faire face au sous-effectif et au dysfonctionnement évidents ;
  • l’ouverture au plus vite de nouveaux bâtiments inoccupés, l’application de la loi de réquisition ;
  • la mise à l’abri sans condition de l’ensemble des personnes à la rue, quelle que soit leur situation administrative ;   

 

Dans sa circulaire du 17 octobre, le Premier ministre dit que « l’accès à un logement ou un hébergement est un droit dont nul ne doit être exclu, le dispositif d’accueil doit répondre aux demandes et apporter des solutions toute l’année ». Et, la circulaire interministérielle précise que « dès à présent, il vous revient d’organiser et de coordonner la mobilisation des acteurs en veillant à l’inconditionnalité de l’accueil, la continuité de la prise en charge et à l’égalité d’accès au service d’accueil et d’hébergement ».

 

Nous attendons toutes propositions concrètes permettant de fournir un toit à toutes les personnes.

Nous ne pouvons nous satisfaire de vagues promesses de places. Nous exigeons la mise en œuvre d’un vaste plan d’hébergement et de logement ambitieux qui redonne immédiatement des perspectives aux personnes concernées. Les sans logis ont droit à une information précise sur les mesures qui les concernent. Nous demandons la communication de ces informations.

 

Nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, en l'assurance de nos convictions fortes et respectueuses.

 

Pour le Collectif

 

 

Copie de cette lettre à :

M. Patrick Rimbert, Maire de Nantes,

M. Philippe Grosvalet, Président du Conseil Général de Loire-Atlantique.

 

Collectif de mobilisation réunissant des personnes avec ou sans logis, des associations et organisations soutenu par : AFPS 44, Alternative Libertaire, CSF, CGT 44, CIMADE, CNL, Collectif Enfants étrangers Citoyens solidaires (RESF 44), Collectif logement, Collectif Uni-e-s Contre une Immigration Jetable, DAL 44, GASProm-ASTI, Gauche Anticapitaliste, Groupement des Retraités Educateurs sans Frontières, LDH, Les Alternatifs, Logis Saint-Jean, MRAP, NPA, PG, PCF, SEN, Us Solidaires…