Fédération PCF de Loire-Atlantique membre du Front de Gauche

Fédération PCF de Loire-Atlantique membre du Front de Gauche
Accueil
 
 

23 nov.19:30
 
 

Le verdict du procès pour viols collectifs de Créteil a soulevé une vague d’indignation : victimes maltraitées et insultées, procédure interminable, classement sans suite antérieur, victimes non protégées habitant toujours dans le même quartier que les agresseurs, acquittements éhontés.

 

Ce verdict cristallise la façon dont le « pays des droits de l’Homme » prend en compte les violences faites aux femmes. Car il n’y a pas que le viol où les victimes sont traitées de la sorte. Les femmes victimes d’autres violences peuvent aussi l’être. Et elles le savent puisque seules 10% d’entre elles osent porter plainte. Ce qui en résulte, c’est que la grande majorité des violences ne sont pas dénoncées en France et que cela est parfaitement su ! Quel bel exemple de tolérance sociale ! Le gouvernement doit de nouveau légiférer, c'est une nécessité car es lois sont incomplètes.

 

L'ordonnance de protection, par exemple, ne protège que les victimes de violences conjugales et menacées de mariage forcé.

L'ampleur des violences faites aux femmes (viols, violences conjugales, harcèlement au travail, harcèlement dans la rue, …), les absences très régulières de sanctions face à ces violences, sont les signes d'une société encore profondément sexiste, avec des inégalités encore très importantes entre les hommes et les femmes. Ceci doit changer !

 

NOS REVENDICATIONS :

 

Parce que les violences ne doivent pas être une fatalité pour les femmes, nous exigeons, comme en Espagne une LOI CADRE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES qui donne toute sa cohérence à la législation en vigueur et qui marque un pas décisif.

 

Elle comprendra entre autre :

• des campagnes d’information, de sensibilisations pérennes auprès de tous les publics et la mise en place d’une véritable éducation non sexiste à tous les stades de l’éducation nationale ;

• la possibilité que toutes les femmes en danger de violences soient protégées, de par la loi, et non seulement celles victimes de violences conjugales ou menacées de mariage forcé ; l’ordonnance de protection doit pouvoir bénéficier à toutes ;

• une carte de résidente pour toute femme demandant l’asile parce que menacée ou victime de violences lesbophobes et/ ou de violences sexistes et/ou de violences sexuelles.

• une réelle politique de logements prioritaires pour les femmes en danger.

• la mise en place d’un Observatoire national des violences qui étudie, impulse, évalue les politiques menées.

 

Nous exigeons aussi que des moyens financiers et humains soient dégagés pour permettre un réel contrôle de l’application des lois sur les violences faites aux femmes.

 

(Cet appel s'inscrit dans le cadre de l'appel national pour le 25 novembre du Collectif National pour les Droits des Femmes rassemblant largement associations, organisations syndicales et politiques)

Premiers signataires : Solidaires, la LDH, les Alternatifs, les organisations du Front de Gauche de Loire-Atlantique (PCF, Gauche Anticapitaliste, PG, Gauche unitaire),

 

Place du Bouffay
Nantes 44000
France
47° 12' 52.974" N, 1° 33' 11.4912" W
Javascript est nécessaire à la visualisation de cette carte.