Fédération PCF de Loire-Atlantique membre du Front de Gauche

Fédération PCF de Loire-Atlantique membre du Front de Gauche
Accueil

Non à la fermeture des agences de la CPAM !

 
 
 
 

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie de Loire-Atlantique (CPAM) a décidé le 27 mars 2013 la fermeture de 22 agences de la sécurité sociale pour septembre 2013. Sont concernées les communes de Nort sur Erdre, La Chapelle sur Erdre, Ligné, St Mars la Jaille, Nozay, Vieillevigne, Guérande, Pontchâteau, Legé, St Philbert, Savenay, Le Loroux Bottereau, Ste Luce, Pornic, St Sébastien, Vertou, Les Sorinières, Bouguenais, Orvault, St Brévin, Chantenay, Couëron.

 

Au prétexte d’anticiper sur la hausse du nombre de dossiers CMU (Couverture

Médicale Universelle complémentaire) et ACS (Aide Complémentaire Santé), la CPAM sacrifie l’accueil physique de proximité. Pour justifier ces fermetures, elle argue une faible fréquentation de ces agences consécutive notamment à la non visibilité de ces dernières. Ceci n’est que prétexte.

 

Cette décision va pénaliser les plus démunis, les personnes âgées, celles et ceux qui en ont le plus besoin.

 

Le Parti communiste français refuse cette nouvelle étape de la casse du service public de proximité. Il appelle au rassemblement de toutes et tous pour donner un véritable sens au service public de proximité en interpellant et pour stopper la destruction du service public de la santé dans notre département, où les difficultés d’accès aux soins, notamment pour les plus fragiles, sont une réalité !

 

Politique d’austérité = moins de services publics pour les usagers

 

La politique généralisée d’austérité engendre des fermetures des accueils et des suppressions massives d'emplois, ce qui accentue la dégradation des conditions de travail et nuit à la qualité de service rendu aux usagers, assurés sociaux et allocataires.

 

La fermeture des services publics de proximité comme les agences de la CPAM est la conséquence directe des politiques d’exonérations de cotisations sociales patronales.

 

Ce ne sont pas les travailleurs, les retraités, les chômeurs qui sont responsables du déficit de la sécurité sociale, déficit lié entièrement, non pas aux légitimes dépenses pour la santé, mais essentiellement au manque de recettes résultant de la destruction de l’emploi en France, du blocage des salaires et des exonérations de cotisations sociales, renforcées par l’accord Compétitivité emploi et ses 20 milliards de cadeaux supplémentaires aux entreprises.

 

La fermeture de points d’accueil de proximité, c’est encore fragiliser les personnes les plus en difficulté.

 

Le service public, c’est le patrimoine de ceux qui n’en n’ont pas ! Refusons la casse de la sécurité sociale !

 

Signez la pétition en ligne du syndicat CGT : http://lacgt44.fr/spip.php?article269